L’HTR des langues peu dotées dans les programmes de recherche et dans les établissements de conservation français

  • Actualités Professionnelles /
  • Brèves de la BnF /
  • International /
  • Site Richelieu
Publié le 13 Jul. 2024

 

Pelliot chinois 3847 - BnF, département des Manuscrits

La reconnaissance optique des écritures manuscrites (handwritten text recognition  - HTR), étape préalable à toute entreprise d’analyse ou de fouille de texte, pose des défis spécifiques pour les graphies non latines (arabe, arménienne, chinoise, hébraïque, etc.). Depuis quelques années, différents projets d’HTR ont ainsi été lancés ou menés à bien notamment dans le cadre du programme CollEx Persée, de projets soutenus par l’Agence nationale de la recherche (ANR), des travaux du DataLab de la BnF ou de projets de coopération numérique que l’établissement mène à l’international.

Organisée en partenariat avec le consortium HumaNum DISTAM  (Agora numérique des études aréales – Afrique, Asie, Moyen-Orient et mondes musulmans), et avec le soutien de The Mellon Foundation, cette journée d’étude permettra de faire le point sur les projets de recherche en cours et sur la place de l’HTR des graphies « peu dotées » dans les programmes de conservation et de coopération numérique des établissements français.

 

Mercredi 14 février 2024, 9 h – 17 h

Site Richelieu, Salle des conférences
Événement également accessible à distance
 

 

 

Voir aussi